TIR A L'ARC

Thumbnail 20171009 080539

Se remettre à l'écoute de soi, prendre conscience de son corps permet d'ouvrir nos canaux sensoriels.

Observer et accepter ce qui est.

 

 

 

Un être se recentrant autour de sa colonne vertébrale, bras et jambes devenant accessoires.

La respiration, devenant porte d'entrée pour accéder à la conscience du corps physique; aller à la découverte du Hara (comme l'appelle les Japonais); le bol énergétique.

Cultiver le lâcher-prise, le laisser-faire. Régler son corps comme une antenne, chercher la juste posture, un trait d'union entre le ciel et la terre.

Dsc9463

 

Dans cette utilisation musculaire, privilégiant le tonus à la puissance, la fluidité des mouvements à la rapidité; en résulte une harmonie d'ensemble, une impression d'aisance et de facilité.

Thumbnail img 1036

 

 

 

 

 

La répétition des gestes permettra à l'archer de discipliner son esprit, abandonnant ce besoin perpétuel d'intervention et de contrôle. Sa flêche devient alors révélatrice de ses tensions, de ses résistances physiques, émotionnelles et mentales.

"Le tir à l'arc ne consiste nullement à poursuivre un résultat extérieur avec un arc et des flèches, mais uniquement à réaliser quelque chose en soi-même." HERRIGEL

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.
×