L'EQUIDO

La Voie du cheval

Le concept d'équido naît d'une volonté de transmettre à un large public plusieurs disciplines telles que le tir à l'arc, la pratique de l'équitation et le tir à l'arc à cheval.

C'est un chemin visant à éveiller nos consciences au travers de nos pratiques, c'est développer ses capacités d'observations et d'écoute, c'est acquérir une faculté de mémorisation, c'est prendre du plaisir à découvrir une pratique comme une autre manière d'être au monde, c'est se laisser surprendre et abandonner ses comportements habituels, c'est se révéler autre et se surpasser. La compétition fait naître chez le pratiquant un désir de vaincre l'adversaire, d'être le meilleur, de ce désir naît une dualité détournant la pratique du but que l'on souhaite lui faire atteindre.

Que ce soit dans nos activités de dressage, de tir à l'arc ou de tir à l'arc à cheval il n'y a personne à vaincre sinon soi-même, sinon ses peurs, ses désirs et ses blocages.

Pour nous permettre, en toute sérénité, de les découvrir, nous dépouillons nos pratiques de toute agressivité, les mouvements sont purifiés à l’extrême, au service de notre être et non plus de notre égo.

128521187 4836283883080586 8240058524764968767 n

Le dressage est un dialogue avec son propre corps puis devient un dialogue entre deux corps, qui s'écoutent pour pouvoir se répondre, mieux un corps s'articule, mieux un corps s'exprime, meilleure est la communication.

L'étude de la technique pure, des gestes et déplacements s'accompagne de l'étude de la relaxation, de la respiration, de la circulation énergétique, et de la créativité. La technique permet de nous connaître par une mobilisation inhabituelle de notre attention, la relaxation permet de sentir ce qui se passe en nous.

134953941 882769312483362 6599869594872714872 n

Dans nos pratiques, il n'y a ni attaque ni défense, le pratiquant ne cherche pas à dominer, mais cherche à construire un partenaire tout en se construisant lui-même, l'homme n'est plus un prédateur, un dominant, mais un compagnon de route, un ami, un frère.

Ni les mots, ni les photos, ni les schémas ne dépeignent la sensation physique et pourtant nous allons essayer de les utiliser par touches successives pour éclairer nos pratiques.

Ces pratiques ne sont ni le lieu où l'on transpire de peur et de souffrance mais un lieu dans lequel nous apprenons à nous détendre, à ne pas craindre le contact, à aller vers la vie, à exploser de joie et de bonheur.

En toute tranquillité, nous allons à la limite du possible, de notre possible, une limite que nous choisissons librement, que personne ne nous impose, mais qui s'élargit petit à petit. Les différentes disciplines que vous pratiquerez avec nous, convergent toutes vers un même centre, vers un éveil de la conscience, pour une meilleure conscience de l'être.

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.
×